La politique à Malte

De l'indépendance à l'Union Européenne

Joseph Muscat, le Premier ministre maltais

La Constitution Maltaise

La constitution maltaise prend effet le 21 septembre 1964, à la date de son indépendance, et sera modifiée au fil des années par des lois du Parlement.
La constitution traite de sujets tels que le drapeau national, la langue, la religion, l'hymne national, ainsi qu’une Déclaration de principes. Cette déclaration  concerne le droit au travail, l'éducation libre et obligatoire, l'assistance sociale, etc.  

Malte est une République parlementaire monocamérale. Le Parlement maltais est élu tous les 5 ans au suffrage universel. Il y a 65 membres, soit environ un représentant pour 5 000 habitants, un chiffre considérable. (En France, par exemple, un député, représente près de 100 000 habitants). 

Sur le plan local, 67 municipalités (Local Council) ont été institués en 1993 en remplacement des paroisses, auxquelles correspondaient les anciennes divisions administratives. Les Maires sont élus tous les 3 ans.

 

Parlement maltais à La Valette

 

Gozo bénéficie d'un statut particulier et dépend d'un ministère spécifique.

Le chef de l’état est un Premier ministre (toujours le leader du parti élu au Parlement), et sur proposition de celui-ci, les autres membres du Cabinet, qui sont responsables du pouvoir exécutif devant la Chambre des représentants, sont choisis.

Le 21 septembre, jour de l’indépendance, un défilé militaire a lieu dans la rue de la République, mais c'est le soir que le plus grand rassemblement s'organise. Sur l'esplanade St Publius de Floriana, lieu de tous les grands rassemblements, le parti, nationaliste prévoit un grand meeting politique associé à un concert, à une exposition d'art, à des nouveautés technologiques, et une fête foraine. Les discours des ténors politiques face à une foule brandissant des drapeaux maltais et européens (le Parti nationaliste est pro-européen alors que le Parti travailliste est contre et encore fidèle à l'Angleterre d'où cette réticence à fêter l'Indépendance.). L'ambiance est joviale, les familles déambulent entre les stands de boisson et de nourriture au nom des villages de Malte, c'est aussi un excellent moyen de goûter quelques spécialités maltaises.

Le 1er mai à Malte, est aussi l'occasion pour les partis politiques de se rassembler.

Les Maltais sont très passionnés par la politique.

 

Les partis politiques 

Il y a deux partis politiques principaux :
- Le ”Partit Laburista” – Parti travailliste (MLP) et “Partit Nazzjonalista” – Parti nationaliste (PN). 

Drapeau du Parti travailliste Maltais

Depuis 1966, seuls ces deux grands partis présentent leurs candidats aux élections. Le troisième parti est l'”Alternattiva Demodratika” – Alternance démocratique (AD), parti porté sur les questions environnementales.

- Le Parti, travailliste est élu au pouvoir de 1971 à 1987, avant d'être remplacé par le Parti nationaliste qui dominera la vie politique jusqu'en 1996
Revirement de bord en 1996 - Le Premier ministre Eddie Fenech Adami perd les rênes du pouvoir au profit du Dr Alfred Sant du Parti travailliste, mais il les reprendra en 1998, lorsque le Parti nationaliste gagne la bataille républicaine avec 51,8 % des voix. Il passe le relais à Lawrence Gonzi, nommé Premier ministre en 2004, lorsque Malte intègre l'Europe. Ce n'est qu'en 2013 que la gauche reprend le pouvoir, quinze ans après l'avoir perdu ! Ces élections sont historiques : Joseph Muscat à la tête du Parti travailliste gagne les élections contre Lawrence Gonzi, par une majorité écrasante de 54,8 % des voix contre 43,3 %. Sous la pression des Panama Papers, Joseph Muscat convoque pour le 3 juin 2017 des élections législatives anticipées, initialement prévues pour juin 2018. Pari réussi pour lui puisque avec une participation de près de 92 % de la population, le Parti travailliste recueille près de 55 % des voix. 

Ici, on est Labour (parti travailliste) ou Nationalist (Parti nationaliste), et puis, c'est tout.

Malte et l'Union Européenne

Dès le début des années 1970, un accord visant à limiter les taxes douanières sur les produits agricoles et les produits industriels, excepté le pétrole, a été signé entre Malte et la Communauté économique européenne.
Ensuite, les obstacles d'ordre juridique ou commercial limitant les importations ont été levées. 

En mars 1976, ces accords furent renouvelés et adaptés aux nouveaux membres de a la communauté. 

En octobre 1977, un nouveau protocole accorda à Malte une aide financière comportant des subventions et des prêts, dont un quart à taux réduits. 

Dans les années 80, ces accords furent régulièrement prolongés, instaurant petit à petit un partenariat économique et des échanges commerciaux privilégiés. Les relations politiques entre Malte et la Communauté européenne sont donc au beau fixe. 


Le 8 mars 2003, les Maltais ont voté lors d'un référendum et décidèrent de dire " oui " à l'adhésion de leur pays à l'Union européenne (effective en mai 2004). Près de 93 % des électeurs se rendirent aux urnes et 53,6 % des Maltais choisissent le « oui ». Malte devint donc le premier des 10 pays candidats à confirmer son adhésion. En compagnie de neuf autres pays, Malte a signé son adhésion à l'Union européenne le 16 avril 2003 lors du sommet d'Athènes, avec  une entrée officielle qui a eu lieu le 1er mai 2004. 

Malte est ainsi devenu le plus petit Etat de l'Union et le deuxième par sa population, après le Luxembourg. 

Cela donne à Malte 5 sièges au Parlement de Bruxelles.L'archipel maltais a, par ailleurs, intégré l'espace Schengen le 21 décembre 2007 et a mis l'euro en circulation le 1er janvier 2008, après l'accord du Conseil européen intervenu le 21 juin 2007. 

Malte a assuré la présidence de l'Union européenne de janvier à juin 2017, organisant des sommets de chefs d'États et de gouvernements à la Valette, au Centre de Conférences Méditerranéen (MCC). Le MCC avait déjà servi au sommet sur la migration en novembre 2015. 

La Valette a été nommée Capitale Européenne de la Culture pour 2018, un prestige partagé avec Leeuwarden (Pays-Bas).