La musique traditionnelle maltaise

Qu'est ce que le L-għana?

Spectacle traditionnel maltais

Que signifie L-għana ?

Le Ghana, prononcé (aana) c'est la musique traditionnelle maltaise. C'est un mélange de chant et d'accompagnement musical. Cette musique a deux significations littéraires. La première est la richesse et la prospérité. La seconde est associée au chant, au couplet, à la comptine, et même au “kantaliena”, une forme de chant au rythme lent.


Comment L-għana est apparu ?

Chanter l-ghana est une vieille tradition, datant des chevaliers de Saint-Jean. En effet, cet art était pratiqué par les femmes au foyer durant leurs tâches ménagères, notamment autour des lavoirs communaux. Cela leur permettaient d’échanger et de s’occuper pendant leurs travaux ménagers. De leur côté, les hommes ouvriers le pratiquaient aussi sur leur chantier. C’est un chant qui raconte la simple vie de la classe ouvrière.

Les marchands ambulants avaient également pour habitude de chanter l-Ghana pour attirer l’attention vers leurs produits. A travers ces chants ils expliquaient en quoi leurs produits étaient mieux que ceux des autres.
Selon des chercheurs locaux, L-ghana serait un mixte des fameuses ballades Siciliennes et des mélodies arabes.


Quels sont les différents types de L-għana ?

Il existe plusieurs Ghana dont trois principaux. Le Għana tal-Fatt est un genre qui regroupe les ballades mélancoliques des hommes racontant des histoires locales connues, sur les actualités de l’époque, les contes et les légendes maltais. Le Għana Spirtu Pront signifie «esprit vif», ce sont les plus répandus, il s'agit d'improvisation, où deux chanteurs s'engagent dans un duel. A travers celui-ci, ils devaient témoigner de leur connaissance sur différents sujets qu’ils soient sociaux ou historiques ainsi que leur maîtrise du maltais.  Pour finir, il y a le Għana fil-Għoli, les hommes qui le chantaient devaient avoir un parfait niveau de soprano. Cela ressemblait aux chants informels pratiqués par les femmes à l’époque. Cependant, c’est un genre moins utilisé que les autres car il exige un niveau vocal important.


L'évolution de L-għana

Au fur et à mesure des années, cette musique a évolué. Il n’y a plus de contraintes de rimes, et les rythmes sont devenus plus élaborés. Cette musique reste néanmoins associée à la classe ouvrière.

Cette tradition est encore pratiquée, mais au-delà des foyers maltais, c'est devenu un art à part entière. Ce sont désormais des professionnelles de la musique qui s'approprient cet art. On peut l'entendre encore dans des petits bars, surtout au sud de Malte. C'est autour d’une guitare que les chanteurs se retrouvent, même si, à l’époque, tous les musiciens pouvaient accompagner les chanteurs.
Parmi les artistes les plus connues à Malte, il peut y avoir Mikiel Abelaouencore Fredu Abela.  

 

L-għana de nos jours

Tous les ans au mois de mai, se déroule un festival de chants traditionnels. C’est le Ghanafest. Le programme est divisé en 3 sections: la musique folk maltaise, les groupes et artistes locaux, et tous les groupes méditerranéens. Ils participent tous, 6 heures par jour, à la célébration de l’identité Maltaise. Cela montre le renouveau du folk à travers les années, et prouve à quel point ce mouvement a évolué. Cela permet également de conserver un chant traditionnel et de le faire survivre dans le patrimoine culturel de Malte.

De nos jours l-Ghana révèle les histoires du passé, du présent et du futur, en racontant les différentes histoires des habitants à travers le temps.